TEST

Morbi a felis volutpat, hendrerit diam eget, rhoncus lacus. Proin quis placerat justo. Aenean condimentum fringilla tristique. Nam quis velit rutrum sapien placerat accumsan. Ut condimentum porta libero, et malesuada libero malesuada non. Nullam gravida nunc ac feugiat efficitur. Curabitur eu elit a tortor ultrices luctus. Integer blandit, velit sit amet molestie gravida, justo nisl condimentum lectus, vitae vehicula sapien mi sed nisl. Aliquam erat volutpat.

Morbi nec urna sit amet tellus maximus pulvinar nec at risus. Praesent quis facilisis sapien. Aenean nec urna arcu. Aliquam ut blandit est, ut aliquam urna. Praesent porttitor arcu vitae dolor efficitur malesuada. Etiam pharetra nunc non dapibus commodo. Nulla egestas, orci vel imperdiet semper, enim sem rutrum nisl, nec lacinia erat purus id mauris. Donec odio nisl, dignissim eu eros ac, auctor faucibus ex. Nulla sed pulvinar nibh. Suspendisse volutpat semper nibh, non consequat enim lacinia eget. Maecenas hendrerit ullamcorper mauris quis viverra. Phasellus ornare eros felis, a elementum ex scelerisque non. Suspendisse potenti.

Toto

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed tempus fringilla mi in auctor. Proin posuere ligula in libero ultrices blandit. Interdum et malesuada fames ac ante ipsum primis in faucibus. Quisque eget ligula nec est rhoncus tempor. Nulla nisi sapien, vulputate sit amet risus eget, ornare scelerisque nisi. Vivamus porttitor commodo dolor vitae condimentum. Mauris pharetra dictum tempor. In congue varius libero. Nullam massa mauris, vehicula non turpis et, malesuada aliquam metus.

02206_pierinfrance_2560x1600

Morbi a felis volutpat, hendrerit diam eget, rhoncus lacus. Proin quis placerat justo. Aenean condimentum fringilla tristique. Nam quis velit rutrum sapien placerat accumsan. Ut condimentum porta libero, et malesuada libero malesuada non. Nullam gravida nunc ac feugiat efficitur. Curabitur eu elit a tortor ultrices luctus. Integer blandit, velit sit amet molestie gravida, justo nisl condimentum lectus, vitae vehicula sapien mi sed nisl. Aliquam erat volutpat.

Morbi nec urna sit amet tellus maximus pulvinar nec at risus. Praesent quis facilisis sapien. Aenean nec urna arcu. Aliquam ut blandit est, ut aliquam urna. Praesent porttitor arcu vitae dolor efficitur malesuada. Etiam pharetra nunc non dapibus commodo. Nulla egestas, orci vel imperdiet semper, enim sem rutrum nisl, nec lacinia erat purus id mauris. Donec odio nisl, dignissim eu eros ac, auctor faucibus ex. Nulla sed pulvinar nibh. Suspendisse volutpat semper nibh, non consequat enim lacinia eget. Maecenas hendrerit ullamcorper mauris quis viverra. Phasellus ornare eros felis, a elementum ex scelerisque non. Suspendisse potenti.

Quand les marques nous parlent du bonheur

Nous sommes tous, tout au long de notre vie, à la poursuite du bonheur. Mais il diffère selon notre âge, notre culture, notre éducation et bien d’autres facteurs encore. C’est une recherche commune à tous, et les marques l’ont bien compris en l’utilisant comme axe de communication.

Une quête commune et universelle

Petits et grands, de toutes nationalités et de tous niveaux sociaux recherchons le bonheur. Dans des petits plaisirs au quotidien et dans des accomplissements de vie, sur le long terme. Cette quête est propre à chacun mais nous rassemble tous. Le bonheur, comme impératif social, intéresse alors les marques en tant que stratégie de communication pour vendre leurs produits et leurs services.

Alors comment atteindre ce bonheur grâce aux marques ? Par la consommation de leurs produits ? En adhérant à leurs valeurs ? En étant en adéquation avec les actions qu’elles mènent ?
Différentes stratégies de communication peuvent être utilisées et la suite de cet article vous présente les quatre axes du bonheur que les marques utilisent dans leur communication :

1. Le bonheur avec un grand B !

Prenons l’exemple de Coca-Cola, qui prône le bonheur au sens large pour toucher le plus de monde possible, ce qui est en adéquation avec leurs cibles de consommateurs plutôt vaste. Coca-Cola prend position pour le bonheur à partir de 2006, et ce nouvel axe stratégique se traduit par le ton jovial utilisé dans les publicités et surtout par son slogan : « Ouvre un Coca, Ouvre du bonheur », qui lance la nouvelle ère de la marque. Cette dernière s’engagera davantage dans la saga Happiness Factory en 2009 avec un nouveau message : « Open Happiness » (Ouvre du bonheur).

cocacola_dubonheurpourtous

 

Découvrez l’histoire des slogans de la marque en cliquant ici !

2. Nos produits et services permettent d’atteindre le bonheur !

Mais le message de bonheur peut aussi passer par les apports directs du produit ou service en question : les marques nous promettent que l’un de nos besoins sera comblé grâce à leur produit. La notion de bonheur n’est pas explicitement mise en avant.
C’est le choix de l’opérateur téléphonique Orange avec sa campagne « La vie change avec orange », qui nous promet d’améliorer notre quotidien grâce à ses produits et services.

llllitl-orange-publicité-fibre-connexion-4G-rapidité-téléchargement-télécharger-télécom-publicis-conseil-juin-2012-3

Retrouvez les engagements de la marque Orange sur leur site internet.

3. Le bonheur est dans nos engagements et nos valeurs !

Le troisième cas qui se présente concerne les valeurs directes de la marque, qui peuvent véhiculer le bonheur chez les consommateurs.
C’est le cas de la marque Ben & Jerry’s, qui veut répandre le bonheur partout où elle passe depuis 1979. Pour répondre à ses volontés d’améliorer le quotidien des consommateurs, elle s’engage, non pas à travers ses produits mais en participant à plusieurs projets sociétaux et environnementaux. La page d’accueil actuelle de leur site internet nous mène directement vers leur combat contre le réchauffement climatique.

Capture d’écran 2016-01-03 à 21.14.05

Allez-y !

4. Nos salariés sont heureux, vous le serez aussi !

Pour terminer : le bonheur des salariés au travail. Ce thème sonne un peu comme une tendance aujourd’hui pour toutes les marques, mais cela est très important aussi pour les consommateurs. La marque peut alors promouvoir le bonheur à travers celui de ses salariés.
C’est la stratégie qu’adopte la marque française Michel & Augustin. Les salariés sont au coeur de la communication, le vocabulaire complet est repensé, nous ne parlons ainsi pas d’équipe mais de tribu, ni de salariés mais de trublions. Les portraits des salariés sont affichés sur les emballages des produits, le siège social est une bananeraie, on mange ensemble tous les midis et on écrit des blagues sur les produits. Une philosophie payante, des conditions de travail idéales, qui se ressentent dans chaque action de communication de la marque.

3930_1357545449_equipe-michel-augustin-sept-2012

Découvrez l’univers Miche & Augustin en cliquant ici.

Le bonheur, une recette qui fonctionne 

Utiliser le bonheur dans sa stratégie de communication, c’est tout d’abord être à l’écoute des consommateurs, contribuer à une quête commune et à l’atteinte d’un impératif social. Il est important de noter que les français pensent que les marques ont un réel rôle à jouer dans l’amélioration de notre société.

Le bonheur se traduit surtout par des notions telles que : la solidarité, l’authenticité, la vérité, la simplicité… Si celles-ci sont mises en avant, et atteintes, le consommateur aura davantage confiance en la marque et éprouvera un sentiment de bonheur dans l’achat de ses produits ou lors d’actions de communication et de publicités de la marque.

Nous tendons à penser que l’utilisation du bonheur dans les messages de communication est une tendance éphémère, un phénomène de mode. Or, les individus, par définition, ont toujours été à la recherche de sentiments de plaisir et de satisfaction dans leur vie, et les marques le savent bien. C’est pourquoi plusieurs années en arrière nous retrouvons déjà des publicités axées sur le bonheur. Cependant, elles ont su évoluer en même temps que les consommateurs, et ainsi adapter leur stratégies de communication en adéquation avec leurs attentes et leurs envies sans cesse changeantes.

Et vous, pensez-vous que les marques peuvent contribuez à notre bonheur ?

Les Bad Buzz sont partout !

11021177_10205966775118946_4035523925612461605_n

  • Partout partout ?

  • Oui madame ! Partout partout !

  • Ah d’accord. Mais, mon ptit’, c’est quoi un Bad Buzz ?

Faire le Buzz c’est faire parler de soit en masse et en bien, sur la toile ou sur un média. Ce peut être programmé, ou involontaire.

  • Quelle toile ?

  • Je parlais du web madame.

  • Ah, bien. Poursuivez.

Le bad buzz c’est justement un buzz négatif, souvent involontaire. Il se propage malgré la marque.

  • Et vous avez des exemples ?

  • Oui madame !

Cela commence généralement avec l’intention de bien faire.
Rappelez-vous la fin des années 80, une marque de yaourts annonçait le lancement de nouveaux parfums ! Goût violette, lilas ou encore rose ! Gros flop dans les rayons… Ou de la bière aphrodisiaque, censée métamorphoser tous les hommes en Casanova. Le flop complet.
Certaines fois, ce flop se transforme en Bad Buzz. Il y a quelques années, Coca Cola avait annoncé l’arrivée du New Coke, désormais supprimé. Une nouvelle formule différente de l’ancienne mais avec quelques similitudes.

  • Je m’en souviens !! Quelle histoire…! Pardon… poursuivez.
  • Merci madame.

En l’espace de trois mois, l’entreprise a reçu 60 000 appels et lettres d’insultes ! Des manifestations se sont organisées dans les rues d’Atlanta et de Chicago, et un marché noir a vu le jour. C’est la chute des ventes qui aura raison du New Coke, et le bon vieux Coca Cola réintègre les rayons !

C’est au tour de Pepsi quelques années plus tard avec son Pepsi Crystal… Le Pepsi Crystal c’était le Pepsi sans la couleur du Pepsi…

  • J’en ai jamais vu la couleur…hahaha ! oupsss ! Excusez-moi. Poursuivez.
  • Bien madame

La marque Bic en a également fait les frais, en lançant son parfum de luxe jetable. Mais elle a commis une autre erreur : commercialiser un produit en totale contradiction avec son image.
Le parfum, supprimé en France en 1992, a marqué les esprits et l’image de Bic « l’innovateur » s’en est même trouvée renforcée.

  • Il y a eu une fin heureuse alors. C’est bien.

  • Je trouve aussi.
    Mais le plus important c’est de voir que les marques ont su apprendre de leurs erreurs et surtout su rebondir et avancer.

  • C’est vrai, c’est le plus important. Souhaitez-vous conclure ?

  • Avec plaisir madame.

Nous terminerons cet article par une petite citation de Akio Morita, un industriel japonais très innovant : « N’ayez pas peur de faire une erreur. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur deux fois. »

Camille.

Zéro idée

 

IMG_0270
Toto

 

Ce Mardi 20 janvier, avons fêté mon Joan et moi nos 2 ans, soit les noces de cuir de la relation (Vous vous coucherez moins bêtes ce soir, ne me remerciez pas).

Victimes des opérations commerciales, bien sûr, nous cédons à l’achat d’un petit cadeau. Nous nous imposons un budget d’une vingtaine d’euros chacun pour trouver un plaisir à l’autre. Et là, C’EST LE DRAME. Je sèche. ZÉRO IDÉE. J’ai épuisé toutes mes sources à Noël.

J’improvise donc une virée en ville au pas de course pour trouver ne serait-ce qu’une idée ! (Et allez donc résister à toutes ces vitrines : « 2ème démarque, jusqu’à -70% » !). Me voilà dans le centre commercial du centre ville de Montpellier à la recherche du cadeau du siècle pour seulement 20 euros. Autant dire, mission impossible ! Je tente le coup chez GAP avec le souvenir de jolis sweats aperçus avant les soldes : rupture de stock ! Et là mon regard tombe sur un caleçon bleu aux motifs blancs qui de plus près se révèlent être des lapins : mon animal favori ! Ni une ni deux je passe à la caisse : 11euros.
« Mince ça fait pauvrette ton cadeau Alice », me souffle ma conscience. Bon, je fonce à la Fnac rayon BD (il en est fan !) et coup de chance : DESTOCKAGE sur un lot de BD éditées il y a trop longtemps pour être encore en rayon. J’en trouve alors une des Daltons et Lucky Luke, son dessin animé préféré (Oui, oui). Seulement 5 euros !? J’ACHETE !  

« Mince Alice tu pourrais dépenser tout ton budget ! » résonne dans ma tête.

Oh et puis zut tu commences à me souler petite-voix-agacante-qui-ne-me-laisse-pas-de-répis.

Je me dirige sans trop de conviction vers Monoprix.
Je lui prends le dernier GQ dont il est littéralement fan (ce magazine est quand même génialement bien construit : capable de se faire sentir riche, élitiste et stylé juste en tournant des pages, je vous tire mon chapeau chère équipe de GQ). Et un petit tour rayon confiserie : je lui prend un petit paquet de chocolats Côte d’Or, avant tout pour le packaging je l’avoue ! Au final budget respecté et 4 cadeaux trouvés ! CHAMPAGNE.

Pour l’occasion nous avons décidé de se faire un bon repas, mais SURTOUT PAS au restaurant car (et oui) nous tenons nos bonnes résolutions de rééquilibrage alimentaire (dixit la nana qui vient d’acheter des chocolats). Petit tour chez le primeur et au marché, Joan aux fourneaux et hop’la le burger maison et ses frites de patates douces.

Un Joan comblé, des cadeaux personnels qui ont chacun leur petite signification, un repas pas trop équilibré mais avec tout ce qu’on aime.

Pourvu que ça dur !

PS: Il m’a offert une coque d’Iphone avec la photo d’un petit lapin blanc, connectés jusque dans les idées !

Alice

Suite et fin « Elles ont quoi mes baskets ? »

«  J’ai envie de faire une course, ça te dirai de la faire avec moi ? »

C’est sorti tout seul … Il a explosé de rire et a fini le repas en pleurs.

Puis un jour, alors que l’on se faisait un parcours de golf (oui oui du golf, et non non ce n’est pas que pour les bourgeois) je l’ai battu au sprint pour retourner jusqu’à l’accueil !

HA HAAAAAAAA !

Là il a commencé à se poser des questions le loustic ! C’est vrai que mon souffle s’est amélioré, mes fesses prennent du muscle (oui oui c’est possible ! ..bon je ne suis pas encore au niveau de J-LO ou de Beyonce hein), mes cuisses s’affinent, je me sens mieux… Et il s’en est bien aperçu (croyez-moi les filles !). Je crois même que c’est à ce moment précis qu’il a réalisé que la course à pied avait peut-être du bon…

Continuer la lecture de Suite et fin « Elles ont quoi mes baskets ? »

BONNE ANNÉE !

Ça y est, une autre année s’achève. Une année fabuleuse, riche en rencontres, en bons moments, en fous rires… Et en aventures, comme celle de Cul&Chemise !

Avec elle s’achève la traditionnelle période des fêtes. Le papa noël est passé : iphone, macbook, parfum, produits de beauté, bijoux, vêtements, argent, chocolats… Oui oui j’ai été très sage et le gentil Père Noël a bien reçu ma liste.
Tout le monde a été gâté et les repas sont enfin tous terminés, du moins je l’espère car mes jeans ne supporteront pas une seule autre attaque de foie gras aux truffes.

La « Whishlist Xmas » est officiellement rangée dans le dossier « Noël 2015 », le sapin est dans le sac qui profitera à Handicap International et les décorations sont remises dans les cartons au garage. Continuer la lecture de BONNE ANNÉE !